De l'utilité d'un blog...

Publié le par MummyBlues

A sept ans, j'ai commencé à rédiger mes mémoires (imitant en cela une vielle tante qui brandissait les siennes pour faire frémir son entourage), à douze, je noircissais religieusement les pages de mon journal intime (pas si intime que cela, mes frères et soeur se l'échangeaient en sous main lorsque j'avais le dos tourné, comme je l'appris bien des années plus tard ). A 16 ans, j'envoyais de sombres et désespérées lettres à mes amies, coquettement décorées d'autocollants et parfumées d'"Eau Jeune".

Bref, un brillant avenir littéraire s'ouvrait indéniablement devant moi....
Et puis, plus rien, le vide, la page blanche. Enfin, non pour être exacte, mes doigts pianotent en permanence sur le clavier, cependant, les analyses marketing ont remplacé (avantageusement?) mes proses sur l'état amoureux, la puissance de l'amitié, l'injustice du monde.
Les tests de positionnement , le fameux ForceFaiblesseMotivationMenaces, ont pris le pas sur ma quête du divin et les monologues fleuves que j'imposais à l'Etre suprême (qui dû s'en réjouir du haut de son trône). Alors bien-sûr, ces questions fondamentales, ces enjeux vitaux (lancer ou ne pas lancer le yaourt à la citronelle?, Parme ou lilas pour l'adoucissant Hypoallergénique??) remplissent bien ma vie, me comblent intérieurement, spirituellement..

Sauf que ....
Moi j'aime me plaindre. je n'y peux rien, c'est viscéral. Je suis certaine que le premier regard que j'ai posé sur le monde fut un regard accusateur pour le médecin accoucheur de ma mère. Et depuis, je n'ai eu de cesse de tout critiquer sur mon passage, hommes, femmes, nature, animaux... Oh bien-sûr, j'aimerais comme tant d'autres avoir la capacité de m'émerveiller devant un ciel sans nuage... malheureusement mon oeil aiguisé ne saura que repérer le plus mince voile de vapeur à l'horizon jusqu'à ne plus voir que cela ...

Oui mais quel rapport?
Eh bien, l'ennui, c'est que mon entourage a depuis développé, aiguisé, perfectionné un système de défense pour repousser mes tentatives de sappe systématique : mes amis ont toujours un soufflet dans le four sur le point de s'affaisser, mon mari monte le son de la télévision, mes frères citent de mémoire des pans entiers de mon journal intime en se gaussant... Bref, devant tant de mauvaise volonté collective, il me fallait trouver de toute urgence une tribune pour mes jérémiades (et là, je sens que je viens de perdre le dernier curieux qui s'était aventuré jusqu'ici...)....

De l'utilité d'un blog .....................


Commenter cet article